La croisière s'amuse (et travaille aussi).

Written by Jean-Paul Montagner on samedi, 06 octobre 2012. Posted in Les campagnes en mer

6 octobre 2012

La croisière s'amuse (et travaille aussi).

L'ambiguité des mots: En anglais on parle de "oceanographic cruise", mais pour faire plus sérieux (ou plus hypocrite), les français ont préféré traduire par "campagne océanographique".

Une campagne océanographique. J'en rêvais depuis des années pour ne pas dire des décennies, Guilhem et Karin m'ont permis de la faire. C'est une expérience anthropologique unique, une parenthèse enchantée. Une micro-société se constitue dans un espace confiné, le Marion Dufresne, au milieu d'un monde océanique infini qui n'a pour limite que la ligne d'horizon. Nous sommes coupés du monde pendant quelques semaines, avec quelques contraintes, les quarts journaliers, mais aussi beaucoup de liberté. Malgré un début mouvementé avec nos amis les dockers, tout s'est déroulé parfaitement, même la mer dans sa clémence nous a épargnés de ses maux éprouvants. La joie et la bonne humeur ont régné sans partage, non seulement entre scientifiques mais aussi avec le personnel de l'IPEV et les marins de tous bords (babord et tribord).

Ce qui nous réunit, ce sont nos objectifs scientifiques communs, mettre le plus d'OBS au fond de l'océan dans les meilleures conditions possibles et faire des relevés bathymétriques, gravimétriques et magnétiques les plus précis possibles. A plus long terme, on aimerait bien comprendre l'origine en profondeur du Piton de la Fournaise. J'ai aussi découvert pendant cette campagne, le langage Python qui n'a évidemment rien à voir avec le volcan, sauf la ressemblance phonétique. La vie quotidienne est aussi pleine de richesses, avec les pots (conviviaux), les repas partagés (excellents mais souvent trop copieux pour ma ligne), les séminaires (passionnants) et les discussions souvent animées dans le PC scientifique. Il y aussi l'énigme du jour qui tient tout le monde en haleine!

J'ai découvert à quel point la bathymétrie des océans était fascinante. Quelle joie enfantine, de voir apparaître sur l'écran un mont sous-marin parfaitement circulaire! Les courbes de niveau et la palette de couleur le font jaillir de l'écran, parfait dans sa forme, éclatant de jaune et de rouge, au milieu des plaines abyssales, d'un bleu profond, comme une nouvelle étoile des mers. Je vais arrêter de m'enflammer, parfois conduit à des excès verbaux fâcheux. Il y a ces plaisirs ineffables à regarder la mer sur le pont, grisé par le vent, le Marion Dufresne traçant son chemin en distribuant généreusement des gerbes d'écume à tribord et à babord, sans préférence partisane. Mais, il est temps que je finisse. Le devoir m'appelle.

Le seul problème maintenant est que nous sommes partis en été de Paris et nous y revenons à l'automne avec ses pluies, sa grisaille, ses jours courts et la mauvaise humeur parisienne.
La réadaptation à la vraie vie va être difficile!

Notre position actuelle est donnée par le triangle noir.

About the Author

Jean-Paul Montagner

Jean-Paul Montagner

Professeur de Sismologie, Institut de Physique du Globe de Paris, Université Paris-Diderot.

Poster un commentaire

Connectez vous afin de laisser un commentaire