Les campagnes en mer

Fin de la campagne 2012, on se retrouve en 2013

Written by Guilhem Barruol, Karin Sigloch on dimanche, 28 octobre 2012. Posted in Les campagnes en mer

26 octobre 2012

Le Marion Dufresne est rentré au Port de La Réunion le Vendredi 26 octobre autour de 9h du matin. C'est la fin de la campagne. Durant plus de 4 semaines, nous avons déployé 57 stations sismologiques de fond de mer. Tout au long des 15 000 km de trajet, nous avons également effectué des relevés continus de la bathymétrie, du champ de gravité et du champ magnétique terrestre. 

En Octobre 2013, nous reviendrons sr place avec le navire de recherche allemand "METEOR" pour récupérer les OBS et leur précieuses données. 

 Notre médecin à bord, le docteur Pierre HENRY a profité de ses journées à bord pour croquer le quotidien des scientifiques et de l'équipage du Marion Dufresne. Crayons et aquarelles ont donc permis de ramener de nombreux souvenirs personnalisés de cette campagne.  

RHUM-RUM 2013, retour sur site !

Written by Guilhem Barruol on vendredi, 25 octobre 2013. Posted in Les campagnes en mer

Nous voici à nouveau dans l'océan Indien à bord du très beau navire océanographique allemand METEOR pour 43 jours de campagne géophysique en haute mer.

24 scientifiques réunis à bord, 12000 km de route à effectuer pour relier les 57 les points auxquels nous avions déployé des stations sismologiques de fond de mer (OBS) voici un an de cela. Une année durant laquelle ces instruments déployés en Octobre 2012 avec le Marion Dufresne auront enregistré la sismicité locale, régionale et globale. Depuis deux jours que nous sommes partis de Port Louis sur l'île Maurice, voici déjà 3 OBS récupérés sans encombre. Bonne nouvelle, il y a de belles données à l'intérieur! Un rapide coup d'oeil aux enregistrements a en effet permis de voir que de beaux événements sismiques étaient bien enregistrés par nos appareils. Un gros soulagement évidemment pour les scientifiques après une attente d'une année sans nouvelle de nos stations. Chacune aura son importance dans l'imagerie du manteau sous le SW de l'océan Indien et sur l'imagerie profonde du point chaud de La Réunion.

Plus que 54 stations à récupérer, travail de longue haleine et de patience...

 

Meteor et Marion Dufresne, un rendez-vous improbable dans l'Océan Indien

Written by Guilhem Barruol on dimanche, 03 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

 

Meteor et Marion Dufresne, un rendez-vous improbable dans l'Océan Indien

Le navire Marion Dufresne qui nous avait permis de déployer nos stations sismologiques de fond de mer en Oct-Nov 2012 devait partir mercredi dernier de La Réunion pour effectuer sa rotation des îles australes : Crozet, Kerguelen, Amsterdam et St Paul. Une avarie a repoussé son départ à samedi matin mais il a ensuite filé plein sud vers Crozet. Les chances de rencontre des deux navires activement impliqués dans l'expérience RHUM-RUM étaient minimes vu la taille de l'océan et vu notre fâcheuse habitude de progresser en zig-zaguant de station en station ces deux dernières semaines. 
Ce matin, à 5h, le Meteor arrive sur le point RR24, le plus au sud de notre première boucle. Au lever du soleil, nous découvrons le Marion Dufresne à l'horizon. Nos routes se rapprochent. Vers 6h30, nous sommes à environ 5 miles l'un de l'autre, la lumière est vaporeuse, pas de contact radio mais aucun doute que l'équipage du Marion nous a bien localisé. Rencontre vraiment inattendue dans la magie de la lumière du petit matin en plein océan. 
Coincidence ultime: le point RR24 sur lequel nous stationnons était le dernier OBS que nous avions largué le 22 octobre 2012 avec le Marion Dufresne et que nous avions soigneusement célébré. Ce matin a donc défié pas mal de probabilités. 

Bonne route au Marion Dufresne pour sa rotation vers le grand sud. 

Guilhem Barruol

 

 

Baleines en vue!

Written by Yann Capdeville on mercredi, 06 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

 

Aujourd'hui, le 5 Novembre, nous avons eu la chance de voir des dauphins et des baleines au coucher du soleil.

Beaucoup d'entre nous regardions un formidable coucher de soleil sur une mer exceptionnellement calme (un vrai miroir) quand une dizaine de dauphins a été aperçu. Peu après, quelque chose de plus gros, ressemblant à un tronc d'arbre flottant apparu. Une baleine! ou un cahalot, nous ne sommes pas très sûr. Peu après, ce sont cinq baleines ou cachalots qui ont été vus.
Après plus de deux semaines de mer sans vraiment voir de gros animaux marins, quelle bonne surprise. Malheureusement, cet événement entraîna un retard inacceptable de certains d'entre nous à notre séminaire journalier donné par Heiner ce jour là ;-)

Pour deux scientifiques du voyage, dont l’orateur du jour, c'est une très bonne année en terme d'observation de la vie aquatique (après une baignade avec des requins pèlerins il y a 6 mois).

Yann

whale at sunset

 

La séquence GoPro de récupération d'OBS DEPAS

Written by Guilhem Barruol on jeudi, 07 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

La séquence GoPro de récupération d'OBS DEPAS

 

Les 5 et 6 novembre derniers, notre campagne s'est déroulée dans une mer d'huile extraordinaire, ce qui nous a permis de faire des prises de vue assez exceptionnelles des différentes phases de récupération de nos stations sismologiques de fond de mer. No comment, simplement merci à la GoPro et à l'équipage pour avoir bricolé une longue tige permettant de l'imerger depuis le deck du Meteor. 

Guilhem

 

RR04 1

RR04 2

 

RR04 3

RR04 4

 

RR04 5

 

RR04 6

 

RR04 7

 RR04 8

 

RR04 10

 

Un Leg1 bien rempli

Written by Guilhem Barruol on samedi, 09 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

Le 7 nov a été récupéré le dernier OBS de la première partie de la campagne RHUM-RUM 2013. C'était le point RR06, situé à mi-chemin entre la Réunion et l'île Maurice. De cet endroit, nous étions en vue des deux îles, qui sont vraiment voisinnes.

La dernière remontée s'est opérée sans encombre, et pour le moment, 100% de stations sont récupérées, ce qui est une très bonne chose, mais par contre quelques petits soucis de fonctionnement sur quelques stations qui font que l'on n'aura pas 100% des enregistrements espérés mais peut être uniquement 80% (estimation), ce qui est déjà très bien pour une telle expérience et pour des instruments qui fonctionnent dans un environnement assez hostile, entre 3000 et 5000m de fond, à des températures proches de 0°C.

Depuis Jeudi midi, la campagne est 100% bathymétrique et magnétiques. Nous focalisons nos efforts sur les relevés de la topographie des fonds marins autour de l'île Maurice, données fondamentales en géophysique marine, comme la carte topographique peut l'être pour le géologue de terrain. En deux jours, nous avons fait pas mal de zig-zag autour de l'île, ce qui nous a permis de décrouvrir l'île sous toutes ses faces et d'admirer de superbes panoramas. 

Samedi matin, rendez vous devant Port Louis avec un bateau ravitailleur pour effectuer le plein du navire. Nous avons parcouru près de 7000 km durant ce leg1 et on en a à peu près autant à faire dans les 3 prochaines semaines, à la vitesse de 10 noeuds (20 km/h). travail de patience!

 

Fin du Leg1, début du Leg2

Written by Guilhem Barruol on mardi, 12 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

Après un court week end d'escale à La Réunion (nous sommes arrivés dimanche 10 nov au petit matin), nous voici repartis depuis ce matin (mardi 12 nov) sur une mer très calme et avec un grand soleil. Direction le sud. 

Prochaine station vers minuit, avec la récupération d'un OBS français. Différent matériel, différents ingénieurs, mais procédure assez similaire. 

L'équipe scientifique a changé de physionomie puisque 1/3 environ a été renouvelée. Nouvelles têtes, nouvelle ambiance, nouvelle dynamique, nouvelles découvertes. 

Une photo de groupe a permis d'immortaliser les participants du Leg1, la prochaine sera en fin de leg2! 

Une nouvelle petite française à bord du Meteor

Written by Guilhem Barruol on mercredi, 13 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

Cette nuit, 13 nov 2013, après un long transit depuis La Réunion, nous avons récupéré avec succès notre première stations du Leg2, qui est une station française du parc national du CNRS-INSU. L'expérience RHUM-RUM a en effet permis de déployer 48 instruments allemands auxquels se sont ajoutés 9 OBS français, de structure, conception et capteurs un peu différents. 

Ces instuments sont équipés d'un capteur physiquement séparé de la structure de la station pour minimiser les bruits parasites, capteur  sensible aux ondes sismiques de plus grandes longueurs que les capteurs allemands. 

Ces instruments ont malheureusement une flottabilité plus faible que les autres stations ce qui implique un temps de remontée plus long. Cette nuit, après lui avoir donné l'ordre de remonter vers 1h du matin, ce n'est que vers 4h du matin qu'elle est apparue à la surface, sans que la communication avec l'instrument ait été clairement établie. A sa décharge, elle était tout de même installée sur des fonds relativement profonds (4500m). Un peu de stress durant ces 3 interminables heures où chacun a eu le temps d'envisager le pire... surtout Romuald et Xuan, nos deux ingénieurs INSU qui ont en charge ces instruments. Son arrivée à la surface, detecté par son emetteur radio a été un grand soulagement pour tous. Bienvenue à la petite française. Une de ses petites soeurs est attendue pour ce soir. 

RR28 2 13 11 2013

La séquence GoPro de récupération d'OBS INSU

Written by Guilhem Barruol on mercredi, 20 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

Mercredi 20 novembre, sur la ride sud-ouest indienne, la récupération de l'OBS INSU RR40 a eu lieu dans une mer calme et sous un grand soleil qui a permis de filmer sa récupération avec la caméra GoPro immergée sous la station de fond de mer remontée à la surface. 

Guilhem

 RR40 1

 

RR40 2

RR40 3

RR40 4

 

 

 

RR40 5

 

RR40 6

 

RR40 7

 

RR40 8

 

RR40 9

 

RR40 10

 

RR40 11

 

 

Le point triple célébré

Written by Geneviève Roult on lundi, 25 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

 

Samedi 23 novembre, nous fêtons la fin de la récupération des 8 OBS du petit réseau de Vera Schlindwein de l'AWI, dont le but est l’étude de la microsismicité associée à la limite de plaque Afrique-Antarctique sur la ride Sud Ouest Indienne, et à la présence d'un "seamount", preuve de forte activité volcanique sur la ride médio-océanique. Les stations sont toutes remontées saines et sauves, à bord, c'est une très bonne nouvelle. Elles ont enregistré des données, une seule s’est distinguée en refusant de fonctionner correctement. Après 2 nuits et 2 jours de travail non-stop pour l’équipe scientifique, puis la récupération d’une station INSU au niveau du point triple entre les plaques Afrique, Antarctique et Indo-australienne, nous prenons le temps de décompresser. En ce samedi soir, Jan, Karin et Guilhem ont dressé la table avec des tissus de 3 couleurs différentes, ils ont improvisé de jolies nappes ‘tectoniques’ pour symboliser le point triple. Guilhem nous a préparé un super planteur de sa composition. La marmite, pleine du précieux liquide, est livrée et après les discours de Karin et Guilhem nous remplissons les verres, nous trinquons, et au fur et à mesure de la soirée, la marmite se videra à une vitesse non négligeable. Plus tard, quelques uns chanteront, accompagnés à la guitare par René et Antonio. Beaucoup d'entre-nous se sont couchés tard, et certains plus que d’autres!

Vivement le prochain point triple!

Geneviève

 

 

 

 

 

Quand le METEOR rencontre le SONNE

Written by Geneviève Roult on lundi, 25 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

METEOR et SONNE, une rencontre inattendue

 Dimanche 24 novembre, c’est le jour de la rencontre tant attendue entre deux bateaux scientifiques allemands, le SONNE et notre METEOR. C'est la première fois que ces deux bateaux se rencontrent en mer, en 47 et 25 ans de carrière, respectivement. Vers midi, Karin et les membres de l’équipage - ces derniers en grand uniforme - montent dans un des zodiacs pour aller à la rencontre du SONNE, stationné à quelques centaines de mètres de notre navire. Les marins du METEOR connaissent l’équipage du SONNE et la rencontre est émouvante. Durant tout l’après-midi, et par un temps splendide, les zodiacs des deux bateaux vont faire la navette, nous emmenant sur le SONNE, et amenant les scientifiques et l’équipage du SONNE sur notre bateau. Des deux côtés, la visite s’organise, la rencontre se fait, les liens se tissent, des retrouvailles ont lieu, et on discute science bien sûr, on parle projets, on compare les équipements et les moyens financiers.

Lors des transferts en Zodiac les pilotes nous offrent un tour du propriétaire et nous pouvons admirer les 2 bateaux de l'extérieur en même temps. Les poissons dérangés par cette activité inhabituelle fuient de tous côtés, se prennent pour des oiseaux, c’est le ballet des poissons volants. La mer est calme, le temps au grand beau, mais les quelques vagues nécessitent de nous tenir fermement au canot. Certains sont revenus trempés de la sortie en mer, allez savoir pourquoi.

En fin d'après-midi ce fut le moment de la séparation et des adieux entre les bateaux. Nous sommes rassemblés sur le pont un appel général afin d’être certain de n'avoir  oublié personne sur le SONNE et vice versa...

Ce fut un Dimanche après-midi émouvant pour les équipages des 2 bateaux, formidable aussi pour les scientifiques que nous sommes. Absolument fantastique.

Bonne continuation au SONNE dans son étude de la ride Centrale indienne!

Géneviève

METEOR SONNE1

SONNE2

METEOR SONNE zodiac

SONNE3

METEOR1

METEOR2

METEOR3

METEOR4

SONNE1

SONNE GoodBye

 

OBS Français INSU tous remontés!

Written by Guilhem Barruol on mardi, 26 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

Lundi 25 novembre, grand soleil, pas de vent, mer calme, nous récupérons le 9eme et dernier des OBS français de l'INSU que nous avions déployés durant le Leg2 en 2012 avec le Marion Dufresne. Soulagement de nos deux ingénieurs Romuald Daniel et Xuan Li qui ont oeuvré à la bonne marche de ces instruments et à leur remontée à la surface.

A ce jour, il nous reste encore 4 OBS allemands DEPAS à remonter avant la fin de la campagne. Nous les attendons évidemment avec impatience.

Sur les 9 stations INSU, on estime la quantité de données qui sera finalement récupérée à 80%, peut être plus, ce qui est un très bon taux de récupération pour une telle expérience. 

Bravo et un grand merci à Romuald et à Xuan.

Longue vie aux OBS INSU!

guilhem

 

 Romuald Xuan OBS INSU1

Des MERMAID déployées sur la ride centrale Indienne

Written by Sébastien Bonnieux on mardi, 26 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

Des stations sismiques flottantes deployées dans l'océan Indien au dessus de la ride Centrale Indienne

 

Deux stations sismologiques dérivantes MERMAID (Mobile Earthquake Recording in Marine Areas by Independent Divers) ont été déployées le long de la ride océanique Centrale Indienne les 23 et 25 Novembre dans le cadre du projet européen  GLOBALSEIS et du projet RUM-RHUM. 

Ces stations sismologiques d'un nouveau genre sont des flotteurs lagrangiens équipés d'hydrophone qui permettent d'enregistrer des téléseismes nécessaires à la tomographie sismique. Ces stations dérivent avec les courants océaniques à une profondeur de l'ordre de 2000 m et remontent à la surface lorsqu'ils détectent un enregistrement sismique intéressant pour le transmettre par liaison satellite.

Ces stations enverront des données par satellite chaque semaine et pendant 3 ans. Ces flotteurs fonctionnent selon un cycle régulier: point GPS pour se localiser, transmission de données par téléphonie Iridium, descente jusqu'à 2000m de profondeur, enregistrement des séismes, remontée en surface, point GPS… Un algorithme de détection permet de discriminer les ondes P des autres sources de bruit (ondes T, craquement de glaciers, navires, mammifères marins …) afin de limiter la taille des données qui doivent être transmises par satellite.

La descente et la remontée de l'instrument se fait par une variation de volume du flotteur. S'ils sont déployés en grand nombre, ces instruments permettrons à terme de combler le manque de données dans les océans pour imager la structure profonde de la Terre par la tomographie sismique. 

Dans un futur proche, ces flotteurs permettrons d'enregistrer non seulement les téléséismes, mais aussi les ondes T, la météo et les chants des baleines pour réaliser des études dans des domaines variés.

Le projet nommé MARISCOPE voit actuellement le jour pour regrouper les différentes disciplines afin de monter un programme similaire au programme Argo pour l'acoustique.

 

MERMAID2

MERMAID3

 

100% des OBS remontés!

Written by Guilhem Barruol on vendredi, 29 novembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

Tous les OBS allemands DEPAS sont récupérés

Ce vendredi 29 novembre, à 200 km au sud-est de l'île Maurice, arrive à la surface l'OBS RR56 après une heure d'ascension. Sa particularité: il est le dernier de la série des 57 instruments déployés en oct-nov 2012 avec le Marion Dufresne. 

57 instruments déployés, 57 instruments récupérés: une telle expérience sans perte de matériel, c'est évidemment un grand soulagement pour toute l'équipe technique et scientifique car la technique a malheureusement ses faiblesses.

Neptune a été avec nous et pour nous saluer, une baleine est venue croiser autour du Meteor quelques minutes après la remontée du dernier OBS. Spectacle mémorable et porteur d'un message que nous ne saisissons pas très bien. 

Photo de groupe, nous triquons, le travail sur les données va pouvoir commencer. 

Un grand merci aux équipes techniques. L'équipe  DEPAS pour les OBS allemands: Erik, Maria, Kasra, Juan, Edith  et l'équipe INSU pour les OBS français: Romuald et Xuan.

Sans leur professionalisme, le succès n'était pas garanti! 

 

 

L'Ile Maurice comme personne ne l'a encore vue!

Written by Christine Deplus, Dass Bissessur, Jérôme Dyment on mardi, 03 décembre 2013. Posted in Les campagnes en mer

Une nouvelle bathymétrie de l'Ile Maurice

 

IMAGE 1

Alors que le second leg de la campagne Rhum-Rum 2 est en cours, des chercheurs débarqués à la fin du premier leg ont commencé à travailler sur les données collectées durant ce leg. D'un intérêt particulier est le levé bathymétrique réalisé autour de l'Ile Maurice. Une analyse préliminaire des données bathymétriques brutes a été effectuée et le modèle numérique de terrain résultant a été combiné à ceux construits à partir des données bathymétriques multifaisceaux acquises lors des campagnes précédentes. Ensemble, ils révèlent une vue de l'Ile Maurice que personne n'avait encore pu contempler.

Présentant l'Ile Maurice dans son ensemble, se dressant près de 5000 m au dessus des fonds océaniques avoisinants (4000 m sous le niveau de la mer s'ajoutant aux 828 m de la plus haute montagne de l'île), cette nouvelle bathymétrie offre une image bien plus complète de l'édifice volcanique qu'aucune carte ou photographie limitée à l'île. Des chenaux d'érosion dévalent les pentes des côtes est et ouest de l'île. L'accumulation successive de fronts de débris et de sédiments apparaît clairement au pied de la pente sud-ouest/ Au sud de l'île, de nombreux petits édifices volcaniques prolongent l'alignement volcanique d'orientation N120°E qui traverse l'île et a produit les récentes "séries jeunes" décrites à terre par les géologues. Les promontoires volcaniques observés à l'est et au sud-ouest de l'île pourraient représenter les "rift zones" sur lesquelles s'est focalisée l'activité volcanique à l'origine du volcan bouclier initial.

Cette carte préliminaire sera complétée par les données acquises durant le second leg. Les données anciennes seront retraitées de manière à atteindre une meilleure résolution. Bien qu'un travail significatif soit encore requis pour proposer une interprétation complète de ces données, il apparaît déjà clairement qu'elles offriront une vision nouvelle de l'histoire géologique de l'Ile Maurice.

Dass Bissessur, Christine Deplus, and Jerôme Dyment.

 

Mauritius bathy2

Vue en perspective de l'Ile Maurice depuis les directions 150°E (haut) et 250°E (bas), suivant une élévation de 30° et en considérant une exagération verticale de 2.5. Les différentes données bathymétriques utilisées présentent des résolutions variées: les plus grands pixels, de couleurs pâles, correspondent à la bathymétrie dérivée des données de l'altimétrie satellitaire (Smith et Sandwell, Science, 1997), alors que les pixels de couleurs vives correspondent aux données bathymétriques multifaisceaux de différentes résolutions (campagnes Magofond 2 (1998), Gimnaut (2000), Forever (2006), Knox11rr (2007), Rhum-Rum 1 (2012), et Rhum-Rum 2 (2013)).

 

<<  1 [23  >>